Découvrir, partager, servir

Chargée de mission pastorale, mais qu’est-ce que c’est ? Après trois années dans une paroisse de banlieue où j’assure encore un culte par mois, je suis heureuse qu’avant l’arrivée du nouveau pasteur, cette année de transition au Foyer de l’Âme soit l’occasion  de découvertes mutuelles,  à commencer pour certains par cette surprenante appellation. Il paraît que nous sommes pour l’instant moins de dix chargé.e.s de mission dans toute la France, chacun.e au service de notre Conseil Régional pour accompagner telle ou telle église locale (après rencontre et accord de son Conseil Presbytéral) – mais il n’est pas impossible que les effectifs augmentent après les synodes régionaux de 2020 et le synode national de 2021, où seront étudiés ces « nouveaux ministères ».

C’est pour moi l’occasion de découvrir un environnement chaleureux et stimulant, dans cette recherche personnelle et communautaire que nous appelons la foi. Ayant interrompu tardivement ma carrière d’enseignante pour les études de théologie qui m’ont conduite au Master, je partage et encourage, y compris bien sûr chez les jeunes catéchumènes, la curiosité intellectuelle, le désir de s’informer et de s’exprimer librement sur l’histoire des textes bibliques et des peuples qui les portent, comme sur les questions de société que ces textes peuvent également nous aider à aborder.  J’espère que tous trouveront pendant les cultes, ainsi qu’au sein des groupes de réflexion que le conseil presbytéral m’a chargée d’accompagner – JMJ (Jeunes et Moins Jeunes), Études bibliques, Théo-Psycho, Œcuménisme, Évangile et Liberté avec Laurent Gagnebin, repas bibliques avec Patrice Rolin – une réponse à leurs attentes.

C’est pour chacune et chacun de vous la possibilité de faire appel à moi pour une visite ou un rendez-vous ; pour « faire connaissance » et pour échanger tout aussi librement sur les sujets qui vous préoccupent ; de passer au temple le lundi midi pour un temps d’écoute musicale, de méditation silencieuse, de partage ou de rencontre avec les visiteurs. C’est aussi l’occasion  pour celles et ceux qui le souhaitent de s’engager dans l’Eglise protestante unie de la Bastille, comme Elisabeth que nous serons heureux d’accueillir  au culte de la Réformation, ou d’approfondir son engagement dans les multiples formes d’entraide et de service qui y sont développées.

C’est pour nous tous une année de transition et d’ouverture dans l’amitié fraternelle. A saisir !

Catherine Axelrad

Mot du Pasteur - Autres articles